Web 2.0, Opinion, Marketing & Communication

lundi 10 septembre 2007

Jour de deuil : Bizot nous a quitté et laisse Nova orpheline

Jour de deuil, aujourd'hui pour une personnalité des médias qui compte énormément. A mon avis une personne qui a profondément fait évoluer le paysage médiatique de par l'ouverture et l'éclectisme qui a insufflé, de par la curiosité et le goût du talent en général et des talents en particulier.

Certainement un précurseur de la diversité et de la fécondité des regards croisés et différents que les blogs prolongent aujourd'hui... Trop jeune pour être un nostalgique d'Actuel, je suis issu de la génération Nova : ce produit médiatique hybride et étonnant que Bizot a créé, fécondé et inspiré. C'est LE média qui a forgé ma culture musicale, nourrit mon goût personnel pour le Hip Hop et ouvert mon univers vers des curiosités musicales, des choses parfois bizarres, souvent étonnantes, presque toujours enrichissantes. Et surtout merci pour tous ces vendredis soirs à écouter fiévreusement le Dee Nasty Style avec Big Brother Hakim, le Cut Killer Show (et oui, avant de devenir une marque Cut Killer c'était un DJ de talent accompagné d'un MC aux freestyles de légende) bien avant que Pierre Bellanger et Skyrock n'aient même entendu parler de ce genre musical.

Longue vie à Nova, merci pour toutes ces belles années et pour toutes celles qui nous attendent encore. Bizot l'avait compris, ce qui est intéressant c'est ce qui est à la marge, ce qui dépasse les bornes, ce qui marche en dehors des clous...Les blogs participent désormais à la multiplicité des regards, à la curiosité et la diversité qui fait toute la richesse de la culture au sens large. L'esprit blog, c'est l'esprit underground, et l'underground français c'est un peu Bizot.

A lire sur Bizot :
  • L'article de Pascale Nivelle sur ce blog : http://paris70.free.fr/bizot.htm
  • Le petit hommage sur novaplanet.com : http://www.novaplanet.com/

2 commentaires:

Laurent a dit…

J'ai découvert Actuel (deuxième version), j'allais dire, sur les genoux de mes soeurs ou presque, au sortir des années 70. C'était trash, rigolo, décalé, décapant, avec des histoires improbables de cannibalisme...
Beaucoup plus tard, au début des années 90, je me suis mis à écouter Nova. Grosse surprise d'entendre tout à coup toutes ces musiques. Et puis franche bonnes rigolades avec la Grosse boule autour de laquelle officiaient Ariel Wizmann et Edouard Baer. Que de bons souvenirs.

En revanche, je n'écoute plus aujourd'hui que très rarement Nova. Je suis passé à... France Musique.

Je n'écoute plus Nova pour deux raisons : d'abord, j'ai l'impression (mais sans doute fausse) que la production musicale tourne en rond et sombre dans le conformisme et puis, pire encore, je ne supporte pas la pub ! Pour moi, c'est une véritable intrusion, j'ai l'impression que l'on me tire par les oreilles pour parler à mon cerveau. Ni plus ni moins.
Je préfère une autre com ;-)

Joi@kim a dit…

C'est vrai que sur ce point, le service public a un véritable avantage...